Départ pour la boucle 2.

Nous partons sans Julie et Alexia qui ont été sélectionnées pour la journée ambassadeur dans une école avec l’association Enfants du Désert. Nous traversons des paysages similaires à ceux de la veille mais encore plus ensablés. Vers 12h, notre kilométrage était toujours bon à 500m près. Soudain, un véhicule de l’organisation nous demande de faire demi-tour pour nous faire passer par un autre endroit (plus sablonneux). C’était le début de la galère : nous coupons pour rejoindre l’autre piste mais notre 4L s’ensable.

Le moteur cale et impossible de redémarrer, la batterie était à plat. Ben et Pierrick nous ont donc dépannés en câblant la voiture. La 4L redémarre, nous la sortons du sable et nous la mettons dans un endroit plus plat et sans sable. L’alternateur avait lâché et cela devait faire probablement plusieurs jours qu’il ne chargeait plus la batterie. Elle s’était donc vidée complètement. On a alors changé l’alternateur, mais au prochain banc de sable rencontré, impossible de démarrer de nouveau. Nous avions oublié de brancher un câble, du coup la batterie n’avait pas chargé et pour couronner le tout, le ventilateur n’avait plus assez de puissance pour tourner, ce qui a entraîner une chauffe du moteur. On aurait pu faire du thé avec le liquide de refroidissement comme l’avait si bien dit Théo !

Il fallait savoir qu’à chaque banc de sable se trouvaient beaucoup de Marocain, notamment des enfants, qui attendaient pour nous ensabler intentionnellement puis nous désensabler afin de nous demander de l’eau, de la nourriture, ou des dirhams. Des trophystes se sont arrêtés pour nous aider à remorquer la voiture qui était complètement bloquée. A trois équipages, nous avons réussi à la sortir du banc de sable malgré le fait que des enfants se mettaient sur le parechoc arrière pour que nous restions ensablés, faisant ainsi toucher le pot-d’échappement contre le sol. Nous avons dû arranger les vis platinées qui s’était déréglées puis nous avons repris la route jusqu’au bivouac avec un niveau de batterie tellement bas qu’elle n’arrivait plus à charger.

Avant d’arriver au bivouac, nous nous sommes arrêtés manger. Il était 16h, le restaurant rencontré ne faisait plus que des pâtes à la bolognaise, mais cela nous été égal : on voulait juste manger et boire une bière fraîche !

Arrivés au bivouac, nous sommes allés acheter une batterie au niveau du stand mécanique. Nous l’avons changé et nous n’avons plus eut aucun problème : la 4L démarrait mieux qu’avant ! Il ne nous manquait plus qu’à nettoyer le préfiltre et ce fut terminé pour la mécanique ce jour-ci (mais bien assez !). Pour changer de notre repas de 16h, nous avons eu droit à des pâtes à la bolognaise pour le repas du soir au bivouac également. Avant de dormir, nous avons effectué un dernier check-up de la voiture avant l’étape marathon. Ben et Pierrick, quant à eux, ont démontés le carburateur pour le nettoyer pendant que Théo prenait les dernières informations importantes au briefing.

JT#7 – Boucle 2 & Journée ambassadeur

Publier un commentaire